Google Chrome Mobile, l’évolution en 6 mois…

Avant, le navigateur par défaut sur Android s’appelait « browser » ou « navigateur » ou plein d’autres no-name du même genre.

Avant, le navigateur par défaut sur Android dominait le monde tranquillement, devant Safari d’Apple.

Mais ça c’était avant.

Voici, selon les statistiques de StatCounter GlobalStats l’évolution mondiale du marché des navigateurs mobiles et tablettes entre le mois d’avril et novembre 2014.

État du marché mobile il y a 6 mois :

StatCounter-browser-ww-monthly-201402-201404-map

État du marché mobile aujourd’hui :

StatCounter-browser-ww-monthly-201409-201411-map

3 réflexions au sujet de « Google Chrome Mobile, l’évolution en 6 mois… »

  1. Suivant régulièrement votre blog, j’avoue tomber des nues à la lecture de cet article (3 lignes, c’est un article ou un « tweet » ?). Comment pouvez-vous faire des statistiques sur 3 mois et laisser sous entendre des conclusions sur la mort de tel ou tel navigateur mobile ?
    Je trouve ça très étonnant de votre part. J’ai l’impression que vous n’avez pas approfondie le sujet, que vous n’avez pas pris le temps d’analyser les chiffres et que cet article est juste un troll gratuit. Moi qui vous prenais pour un pro qui réfléchi avant de parler/écrire, je suis déçu.
    Il y a pourtant beaucoup de chose à détailler (différence en navigateur par défaut et navigateur volontairement installé), à prendre en compte (disponibilité des navigateurs alternatifs sur les différents OS) et à expliquer (politique des stores, webviews, etc.).
    Désolé d’être aussi négatif dans mon commentaire par rapport au travail fourni, mais, pour une fois, je trouve que l’article est vide.

  2. Bonjour M. Anonyme.

    En fait il ne s’agit pas de conclusions hâtives mais un simple constat : Google Chrome remplace peu à peu le navigateur par défaut « sans nom » sur l’environnement Android. C’est un fait.
    Le graphique montre simplement la rapidité à laquelle ce changement s’opère.
    Je crois que vous êtes allé chercher beaucoup trop loin.

Les commentaires sont fermés.